De nombreux magazines féminins proposent des articles qui commencent par des questions telles que : « Êtes-vous sexuellement satisfaite ? » ou bien « Savez-vous ce qui excite le plus les hommes ? ». Cela peut sembler banal, mais ces articles ont généralement du succès, car leur lecture est souvent amusante et n’engage à rien. Ce sont en outre des sujets dont on ne parle pas, mais qui nous intéressent. Le sexe est important dans une relation de couple, c’est donc un domaine dans lequel il doit y avoir une bonne communication.

De ce point de vue, votre relation fonctionne peut-être très bien et vous vous demandez pourquoi en parler… puisque ce n’est pas nécessaire ! Mais il n’est pas indispensable d’avoir un problème pour parler de sexe. Il s’agit d’exprimer ouvertement nos désirs et de mieux connaître ceux de notre partenaire, pour renforcer notre complicité et mieux vivre notre relation. Il convient, en revanche, de bien choisir le moment et la manière d’en parler, ainsi que les sujets que l’on peut aborder en couple et ceux qui nécessitent un soutien professionnel. Dans cette publication, la Dre Stefanie Redón, gynécologue responsable de l’unité de sexualité de Dexeus Mujer, nous offre quelques pistes :

Quand aborder la question ? Dans un moment d’intimité et de complicité, lorsque vous êtes seul(e)s et serein(e)s. Par exemple lors d’une soirée cocooning, un matin avant le petit déjeuner, un week-end, ou encore pendant les vacances, si vous êtes détendu(e)s… Il est également important que la relation soit plus ou moins stabilisée, d’être suffisamment en confiance pour que ce sujet ne paraisse pas incongru.

De quelle manière ? De manière naturelle, décontractée. Votre partenaire ne doit pas croire qu’il s’agit d’une conversation sérieuse ou polémique. Ne commencez surtout pas par « il faut que nous parlions » ou « je veux te parler de quelque chose ». Il vaut mieux improviser un peu en confiant : « tu sais ce qui me plairait et que je n’ai jamais essayé ? », ou bien : « l’autre jour, j’ai fait un rêve érotique dans lequel toi et moi… », et voir comment l’autre réagit. Ou : « Quand je me suis réveillé(e), aujourd’hui, j’avais envie de toi, et j’ai pensé… », « il y a quelque chose qui te plaise ou t’excite particulièrement ? ».

Quels sujets aborder : la conversation doit être naturelle, de sorte que chacun sente qu’il peut parler et écouter. Si une question vous préoccupe, ne l’abordez pas ouvertement ou de façon négative. Vous pouvez l’évoquer, mais sans incommoder votre partenaire. Par exemple, vous aimeriez avoir des rapports sexuels plus fréquents : dites que dernièrement, vous pensez davantage au sexe et que vous avez envie d’une expérience spéciale ou d’essayer quelque chose de nouveau, comme faire l’amour sous la douche, ou bien dans un lieu qui plaise également à votre partenaire. Le secret est de faire une proposition positive et d’éveiller sa curiosité, lui faire sentir qu’il ou elle est très séduisant(e).

Quels sujets ne pas aborder : il existe des lignes rouges à ne pas franchir, notamment certaines questions très intimes. Il ne faut jamais forcer la situation. Tout le monde a le droit d’avoir des secrets, à condition, bien sûr, que cela ne pose pas de problème et n’ait pas de répercussions négatives sur la relation. Si vous devinez que votre partenaire a vécu une expérience négative, il est important qu’il/elle sache qu’il/elle peut compter sur vous, que vous respecterez ses besoins ou que vous l’aiderez. Même s’il ou elle a besoin de l’aide d’un spécialiste. Il faut également éviter les comparaisons, ne pas parler des relations sexuelles avec un(e) partenaire précédent(e), que la vôtre soit plus satisfaisante ou non. Chaque relation est différente, et nous agissons différemment selon les personnes avec lesquelles nous interagissons.

Fantasmes sexuels, faut-il absolument tout révéler ? Cette question est plus compliquée. Parce que si son plus grand fantasme (ou le vôtre) est un rapport à trois avec votre meilleure amie (ou son meilleur ami), il vaut mieux ne pas le dévoiler, cela ne vous aidera pas. Et si ce qui l’excite le plus est une pratique qui vous déplaît, cela peut créer un problème irréversible… C’est l’une des principales raisons, avec la volonté de ne pas blesser les sentiments de l’autre, pour lesquelles on ne parle généralement pas de sexe au sein du couple. Mais si vous souhaitez que les choses s’améliorent, il vaut mieux en parler. Vous vous avez un problème, il est donc nécessaire de consulter un ou une sexologue ou spécialiste de la santé sexuelle.

Si vous avez des problèmes, vous devez les affronter. La plupart des couples ne consultent pas lorsqu’ils rencontrent des problèmes, ce qui finit par créer un malaise et se répercute négativement sur leur sexualité et leur relation. Vous aimeriez peut-être que votre partenaire soit moins actif(ve) ou au contraire, qu’elle ou il fasse preuve de plus d’initiative. Votre partenaire vous fait des propositions qui ne vous plaisent pas, ou le sexe routinier vous ennuie. Dans ce cas, il est conseillé de consulter un ou une experte qui vous expliquera comment agir et vous aidera à faire évoluer la situation. Un soutien professionnel est indispensable pour vous orienter et prendre un peu de recul.

La vie est un changement perpétuel : tous les couples connaissent des hauts et des bas dans l’activité ou la satisfaction sexuelle. Si vous traversez une période moins intense, quelle qu’en soit la raison (accouchement récent, jeunes enfants, ménopause, stress, etc.), ne pensez pas que ce que vous avez vécu est terminé, ou que votre relation se dégrade. Les changements font partie de la vie, vous devez simplement vous adapter aux situations nouvelles. L’important est que la relation fonctionne et que vous soyez tous/tes deux disposé(e)s à remédier à ce qui ne va pas. La communication positive est très utile dans ce cas. Expliquer à votre partenaire ce que vous ressentez ou ce qui vous préoccupe est la première étape et, si nécessaire, vous pouvez vous accorder un peu de temps. L’aide professionnelle peut également s’avérer utile.

Oubliez les clichés : nombre de problèmes sexuels trouvent leur origine dans des idées préconçues et des mythes totalement faux. Les films érotiques font croire que le plaisir sexuel est immédiat et le désir irrépressible, que l’orgasme est atteint rapidement et qu’il est moins satisfaisant si les deux partenaires ne l’atteignent pas simultanément. Ils laissent aussi entendre que les hommes aiment prendre l’initiative et que les femmes préfèrent se laisser séduire plutôt qu’agir. Alors que chaque personne, chaque relation est différente. L’essentiel est que la relation vous importe plus que les attentes que nous nous créons et qui, souvent, ne sont pas réalistes, comme nous l’avons vu. Dès lors, il convient d’entretenir la sensualité et le désir, et de faire au mieux pour prendre ensemble du plaisir. La complicité est essentielle.