Les taux de réussite sont les pourcentages qui montrent les probabilités d’obtenir une grossesse offerts par les différents traitements de procréation assistée. Ils peuvent varier en fonction des centres et des techniques utilisées mais, en général, des valeurs élevées indiquent que le centre travaille de façon efficace et qu’il offre des bons résultats.

Pour les interpréter correctement il faudrait “lire les petites lignes” et savoir précisément à quoi ils font référence, car chaque centre peut les présenter de façon assez différente pour qu’ils soient plus favorables et, pour cela, il n’est pas toujours possible de les comparer.

Dans ce post, le Dr. Buenaventura Coroleu, expert du Service de Médecine de la Reproduction de Dexeus Mujer, nous indique ce qu’il faut tenir en compte pour faire une bonne lecture.

8 éléments-clé pour interpréter correctement les taux de réussite

  1. Il s’agit de données globales, elles n’indiquent pas vos possibilités réelles. Ces sont de chiffres généraux qui calculent une moyenne à partir du total des patientes du même centre et des résultats obtenus. Donc, ils n’indiquent pas les probabilités réelles de chaque patiente, mais ils servent comme orientation pour connaître la technique qui offre les meilleurs résultats et savoir si le centre travaille de façon efficace.
  2. À quel moment de la grossesse font-ils référence ? Il est important aussi de savoir si la donnée fait référence aux pourcentages de grossesses confirmées au début de la gestation (test Bêta hCG positif), à 7-8 semaines (grossesse confirmée pendant la visite en clinique par échographie et détection du battement fœtal), ou à la naissance des enfants (pourcentage total de grossesses qui terminent par la naissance d’un bébé). Les taux de grossesse biochimique (résultat du bêta positif) sont toujours plus élevés de celles confirmées à 7-8 semaines et des naissances, car les tests de grossesse positifs n’amènent pas toujours à la naissance d’un bébé.
  3. Patientes de chaque centre. Un grand volume de patientes dans un même centre donne un taux plus élevé car les résultats ont une valeur plus globale.
  4. Profil des patientes. Les taux de réussite d’une clinique sont déterminés aussi par le type de patientes traitées par le centre, l’âge maternelle, et les différents facteurs d’infertilité. Si un centre a une grande quantité de femmes en âge avancé et des cas complexes, il est possible que, même s’il travaille de façon efficace, son taux de réussite ne soit pas trop élevé, car les possibilités de concevoir diminuent à mesure que l’âge augmente, et les risques de fausses couches et d’autres complications associées à la grossesse sont plus élevés dans les patientes avec un âge avancé. Si le centre réussit à maintenir des bons taux malgré la quantité de patientes avec un âge avancé et de cas complexes, cela signifie qu’il travaille très bien.
  5. Contrôlez que les indicateurs soient divisés par groupes d’âge. Les taux de réussite calculent une moyenne à partir du total des patientes de chaque centre, cela signifie que pour avoir une idée plus réaliste il faut que le centre donne ces résultats divisés par groupes d’âge.
  6. Résultats à la première tentative ou taux cumulés. De même, il faut observer si les résultats présentés par le centre indiquent la probabilité d’obtenir une grossesse à la première tentative ou après plusieurs tentatives (cycles ou traitements) consécutives, ce que l’on appelle “taux cumulé”. Plusieurs centres mettent l’accent sur le taux cumulé (pourcentage de plusieurs tentatives cumulées) pour montrer des chiffres plus élevés.
  7. La technique choisie contribue. Les traitements de procréation assistée n’offrent pas tous les mêmes résultats. Dans la Fécondation in vitro (FIV) les taux de réussite varient en fonction de l’âge maternelle, qui détermine la qualité des ovules, et ils augmentent significativement si l’on fait plus d’un traitement. De même, pour les femmes avec un âge avancé les traitements de don d’ovocytes donnent souvent des taux de réussite plus élevés par rapport à ceux où l’on utilise les ovules de la patiente (il s’agit d’ovules de meilleure qualité). Et l’insémination artificielle présente souvent des taux plus bas par rapport à la FIV car la fécondation est “in vivo” et elle correspondrait à la fécondité générale.
  8. Le transfert sélectif d’un embryon (SET) est un indicateur de qualité du centre. Le meilleur indicateur d’efficace des techniques de procréation assistée est le taux de naissances obtenues par chaque centre. Mais dans la possibilité de réussir il faut toujours considérer la quantité d’embryons transférés dans chaque traitement. Si un centre transfert plus d’un embryon, il peut accroître le taux de grossesse aux dépens d’augmenter le taux de gestations multiples, avec la possibilité de devoir faire face à un plus grand nombre de complications pendant la grossesse et l’accouchement. C’est pour cela que le transfert sélectif d’un seul embryon (SET) est un critère indicatif de la qualité du centre.

Nous espérons que ces informations puissent vous être utiles !

Rappelez-vous : si vous voulez connaître les possibilités réelles d’obtenir une grossesse dans votre cas, vous devez demander une évaluation personnalisée car il existe des facteurs et des circonstances personnelles qui peuvent exercer une influence sur la réussite du traitement.